titre ligne
ligne
contact vidéo musiques presse
CONTACT
|
VIDÉOS
|
MUSIQUES
|
REVUE DE PRESSE
|
design / Anthony Folliard
tableau-noir

JOURNAL DE BORD

30 Mars 2015
" California dreamin' "

Ce matin, sur France Inter, en grève : "California dreamin". En penser immédiatement et évidemment à Dans la nuit de Belfort - début de la scène de la rue. David, Elisa, Franck, Tino, Youri avançant tangant en ligne. Chantant, à la fois ensemble, et seuls. Calamity Jane, elle, sur le promontoire. Avec pas à pas, Tino qui glisse dans la "chevauchée"...

Aimer profondément ce spectacle qui n'existera plus

Parfois l'éphèmère est réellement durable

Merci encore à toute l'équipée de Dans la nuit de Belfort d'avoir créé des moments si forts

 
10 Février 2015
Émotion du soir : de fille à  mère (Ava Nadia)

Ava (4 ans et demi, après que je lui ai lu Cendrillon) : Et ton métier, toi, c'est quoi déjà ?

Nadia : Notamment, j'écris.

Ava : Des histoires comme Cendrillon ?

Nadia : Oui... D'une certaine façon...

Ava (étonnée): Tu sais faire ça ? Et ça s'appelle comment ce métier ?

Nadia : On peut dire "écrivaine".

Ava : Et pour les garçons ?

Nadia : On dit "écrivain".

Ava : C'est moche le mot pour les garçons. Et tu as fait des livres, toi ?

Nadia : Oui. Tu veux en voir un ?

Ava (avec grand sourire, toujours étonnée) : Oui.

Aller en chercher un. Par hasard, prendre "L'instinct de l'instant". Le tendre à Ava qui le regarde vraiment.

Ava : Ah oui, là, c'est écrit Nadia . Et là, c'est "Xerri-L." ? Comme quand tu dis ton nom au téléphone ?

Nadia (éclat de rire) : Oui, là, c'est Xerri-L. Exactement.

Ouvrir le livre pour monter à Ava la dédicace. Lui lire la dédicace "Pour la petite fille, indéniablement et incroyablement Ava".

Grand sourire d'Ava.

Ava : Parce que quand tu écris, tu penses à moi ?

 
15 Décembre 2014
Expérience sans mot encore pour la nommer : "Pour en finir avec la solitude"

A Sevran, depuis juin 2014, aura commencé le pari fou de "Pour en finir avec la solitude"

Un truc de dingue : il n'y a pas d'autre mot possible

Comment nommer tous ces liens qui se sont créés avec ce territoire et nombre de ses habitants - amateurs et spectateurs ?

Hormis "humanité" pas de mot assez juste, en écho de ce qui fut vécu

MERCI INFINI A TOUS

 
15 Décembre 2014
Semaine du 8 Décembre 2014

Semaine intense :

MARDI : dernière de DANS LA NUIT DE BELFORT au Théâtre de L'Agora d'Evry : en Essonne donc - premières terres à avoir apporté sa confiance théâtrale à la Cie NXL

DIMANCHE : dernière de POUR EN FINIR AVEC LA SOLITUDE à Sevran (93) au coeur des terres originels des Xerri-Le Cornec

Si des boucles se bouclent (et c'est bien ce qui semble se produire), c'est que d'autres élans vont poindre. Pour l'instant, élans encore hibernants dans les sols. Mais d'ores et déjà se tenir prête pour le moment où ils vont advenir. Et d'ores et déjà travailler pour.

 
30 Novembre 2014
Demain : Dunkerque et le Bateau Feu pour la reprise "Dans la nuit de Belfort"

Emotion de retrouver cette pièce.

L'année passée depuis sa création a confirmé à quel point ce spectacle nous aura été une étape nouvelle

 
17 Novembre 2014
Article de Le Monde.fr "Pour en finir avec la solitude"

POUR EN FINIR AVEC LA SOLITUDE de Nadia Xerri-L – mise en scène Nadia Xerri-L

Au Théâtre de la Poudrerie – avenue Robert Ballanger – Du 13 novembre au 14 décembre 2014 – Les jeudis, vendredis et samedis à 20h30 et dimanches à 15h -

Publié le 15 novembre 2014 par theatreauvent

 

Avec : Sylvain Bolle-Reddat, Pierre Giraud, Mathilde Monjanel, Wilda Philippe, Pascale Poirel, Jean-Jacques Simonian et les comédiens amateurs ( pas tous les soirs, les mêmes) 

Collaboration artistique : Yoan Charles  Scénographie et collaboration : Hubert Lafore

Régie générale et collaboration : Franck Tortay Lumières : Thierry Mathieu Musique et son : Jonathan Seilman  Costumes : Juliette Costiou avec l’aide de 20 habitants

Comment passer du théâtre en appartement à un grand chapiteau clinquant, le MAGIC MIRROR, sur la place publique ? L’histoire du spectacle « Pour en finir avec la solitude » restera dans la mémoire des Sevranais puisque beaucoup d’entre eux ont mouillé leurs chemises pour créer ce spectacle, château de sable emblématique de  nos rêves les plus enfouis.

Avec leurs pelles pimpantes où ruissellent quelques slogans qui ont fait leur preuve, nous songeons notamment à celui-là « Devenez les acteurs de votre propre vie » les habitants de SEVRAN  qui avaient accueilli dans leurs appartements - pas moins de 150 foyers - la compagnie de la Poudrerie pour la création de cinq pièces tirées d’histoires vraies, se sont tous mobilisés sous la houlette de la metteure en scène et auteure Nadia XERRI-L. 

Le théâtre, hélas, connait la concurrence de la télévision. Pas facile de faire sortir le public. Qu’à cela tienne, a dû  songer NADIA XERRI- L. qui met en scène le tournage d’une émission de télévision où les personnages en quête de reconnaissance sont cinq candidats qui devront livrer au public leurs histoires les plus intimes et authentiques, susceptibles de faire venir la larme à l’œil et de forcer l’audimat.

Lorsque nous regardons une émission talk-show, nous nous étonnons parfois de voir comment les participants savent s’adapter aux projecteurs,  éclater en sanglots quand ils ont gagné ou perdu et nous restons impressionnés par les grimaces de leurs visages, par la sincérité de leurs confidences, et les applaudissements enregistrés, à grand renfort de jingles.

Dans l’émission « Pour en finir avec la solitude » l’animatrice ENORA, superstar du show a beaucoup de mal à gérer son bataillon de candidats dont certains n’hésitent pas à la reprendre vertement, lui faisant sentir qu’elle est à leur service. On se croirait dans une pièce de Pirandello où les personnages en quête d’auteur se révoltent.

 Avec une belle ironie, NADIA XERRI-L. dresse une caricature sur le fil du rasoir des émissions de télévision les plus éculées, et il faut reconnaître que les spectateurs se prennent au jeu, s’attendrissent aux histoires vraies de ces candidats joués par des acteurs professionnels très investis,  avant de subir le choc de l’envahissement de la scène par le public qu’interprètent les comédiens amateurs avec une allégresse toute contagieuse.  

C’est très drôle et festif, interactif, tous les spectateurs qui doivent revêtir des tee shirt colorés à l’enseigne « Pour en finir avec la solitude » transpirent et rêvent de les emporter comme ultime preuve de leur participation au  spectacle. Vive le théâtre à SEVRAN ! Nous ajoutons notre voix à celle des Sevranais qui souhaitent voir leur futur théâtre s’élever à la Poudrerie. Quand la mer monte, celle des associations, des maisons de quartiers, des ateliers de création, le désir de théâtre sort de ses gonds, il devient un moyen de communication extraordinaire, une édifiante aventure humaine.  

A la fois acteurs et public au MAGIC MIROR, les Sevranais ont bien de la chance, et leurs coups de théâtre n’ont pas fini de résonner à la Poudrerie. Dressons l’oreille !  

 

Paris, le 15 Novembre 2014              Evelyne Trân     sur Theatre au vent 

 
15 Octobre 2014
C'est ICI - Magic Mirror / Parc des Sœurs / Sevran - et ce sera à  partir du 13 novembre

Aujourd'hui - 15 octobre - le Magic Mirror vient d'être monté dans le Parc des Soeurs à Sevran (RER B Sevran-Livry). ça promet... ça donne envie...

post
 
17 Septembre 2014
Ecrire "dernière création"

"Pour en finir avec la Solitude" va être la dernière création.

Après, quelques spectacles vont encore tourner quelques temps. Mais il n'y aura plus de création. En tout cas, c'est la conviction durable existante dans l'esprit et dans le corps depuis un an déjà. Dernière mise en scène donc.

RANGER LES CRAMPONS.

Et savoir d'ores et déjà l'émotion que ça sera (rien qu'à l'écrire, il y a émotion), mais sentir tout autant d'ores et déjà la justesse de cette décision. 

Il le faut. Et savoir reconnaitre les "il le faut" est vital. Et ici, c'est bien la vie qui est choisie.

Mais toujours il y aura l'écriture. L'écriture comme seule séparation impossible.

post
 
17 Septembre 2014
Nom de code : PEFALS (et non "falafels" comme le propose le correcteur d'orthographe de google...)

Nous sommes au seuil de "Pour en finir avec la solitude" (PEFALS donc).

La pièce est écrite - juste des petits retravaux de ci de là. 

La vraie première salve de répétitions commence dans quelques jours : lundi 22 septembre.

La mercredi 15 octobre, notre Magic Mirror (petit frère du "Cabaret Sauvage") sera installé pour deux mois dans le Parc des Soeurs à Sevran (à 30 secondes du RER B Sevran-Livry).

Le jeudi 13 novembre, ce sera la Première. Et ça se jouera 5 semaines, jusqu'au 14 décembre...

Sentir et savoir que cette création sera singulière. Et de multiples façons...

 

post
 
29 Mars 2014
Ecrire

Ne pas pouvoir imaginer ce que serait la vie s'il n'y avait pas l'écriture. Ecrire : presque les seuls instants d'intensité où tout semble bien avancer

 
28 Mars 2014
Mise en espace d'Ava Fournier-Xerri

post
 
14 Mars 2014
Extrait d'INTERIEUR/EXTERIEUR au Bateau Feu - Dunkerque :

« EULALIE ».

Eulalie, tout à l’heure quand je vous rencontrerai, à peine je vous aurais dit bonjour, il faudra que je vous le dise pour ne pas encombrer notre rencontre : Eulalie, vous partagez le prénom du dernier enfant d’un homme de théâtre qui m’est immense, alors que je n’ai vu aucune de ses mises en scène, que juste j’ai lu quelques-unes de ses pièces, que surtout je suis raide dingue du journal qu’il tenait – parlant de ses créations, de sa condition d’artiste, de sa douleur souvent à être vivant et à créer : de son cheminement. Didier-Georges Gabily (c’est beau ces prénoms et nom) est mort en 1996, à 41 ans. Et je vous le murmure, Eulalie, son journal A tout va m’a plusieurs fois sauvée quand je me noie à être auteure et metteure en scène. Il me sauve par son courage à oser nommer la violence et le désespoir de ces chemins artistiques, parfois. Il écrit « désespérer d’espérer ». Il écrit aussi « Me réveille le matin dans des angoisses et des désirs de mort que je n’avais pas connus depuis longtemps. Toujours à m’interroger sur la réalité de mon talent, sur l’art, et sur le sens de tout cela. Des conneries vraiment… ». Et dans son journal, Gabily nomme son Eulalie, qui était alors une toute jeune enfant, « la petite ». Comme j’aime ces mots « la petite », sublimes parce que si simples.

Voilà Eulalie, ce que par la grâce de votre prénom, je vais vous confier à peine je vous aurais dit bonjour. Mais la grâce de votre prénom n’est pas un hasard, n’est-ce pas, Eulalie ? Vous et moi, face à face, ce n’est pas un hasard.

Ça y est, nous nous sommes dit bonjour. Il fait beau et chaud. Nous venons de commander un verre près du port. Trinquons aux deux « amoureuses spontanées et enjouées de théâtre et de danse » que toutes deux nous sommes. Nos bras sont nus. J’ai sorti mon carnet et mon stylo. Pour moi, diabolo grenadine ou menthe, je ne sais plus. Vous peut-être un panaché, mais pas sûr. Votre amour des arts vivants a un débit si rapide que je peine à retranscrire tous vos mots. Vos phrases claquent.

Vous me livrez sur un plateau d’imparables slogans pro-spectacles. Vous dites Parfois au théâtre, tu entends une phrase dite tout fort et que toi tu pensais au-dedans, et ça te délivre. Vous dites Avant d’aller voir une pièce, j’ai une forme d’impatience. Si je ne connais pas la troupe, je me renseigne. Et souvent après, c’est un certain émerveillement. Les comédiens, les danseurs, on leur voue un respect, une certaine admiration. Soit c’est WAOUH. Soit juste c’était bien. Vous dites Quand on apprécie le théâtre, on apprécie mieux la vie, parce que la vie c’est un théâtre : on joue avec nos émotions. Même ceux qui n’aiment pas le théâtre jouent et sont comédiens. Quand on passe un entretien ou des oraux ou quand on va à un premier rendez-vous amoureux, on joue de sa personne : c’est du THEATRE.

Face à vous, je suis face à la jeune spectatrice que j’étais : dès lors que vous parlez spectacles, impossible de vous arrêter ou de vous faire dévier. Je tente des questions sur votre vie en dehors de tout ça, mais en vain.

Et moi qui vénère la fougue, je suis obligée de souvent vous dire « doucement… doucement… moins vite… vous pouvez me redire ce que vous venez de me dire… ». Je veux tout retenir et saisir de votre passion, mais mon poignet traine et mes doigts sur le stylo se crispent. Mais vous, rien ne vous arrête…

 
05 Mars 2014
Récurrence du mot "bonheur"

JOURNAL DE BORD ou JOURNAL DE BOOST ("boost" de "se booster") ?

Sourire et se moquer de soi-même à relire les titres de tous ces "post" qui contiennent le mot "bonheur" ou un de ses dérivés.

Ce journal de bord n'est donc - on le voit bien - pas un journal exhaustif... Il a le parti pris du bonheur. Et est-ce "heureux"... ?

L'important restera dans le fait de toujours rire et se moquer de soi-même...

 
05 Mars 2014
Soulagement, donc bonheur ///// Bateau Feu - Dunkerque

Quand un théâtre qu'on aime - mené par une direction que l'on respecte très profondément et même plus - nous passe une commande, c'est bonheur et pression.

Bonheur, c'est aisé à imaginer.

Pression parce que les décevoir serait comme un rendez-vous d'amour raté.

Et depuis ce matin, savoir que celle qui a donné sa confiance en passant commande "a globalement beaucoup aimé - même s'il y a quelques inégalités à retravailler" les textes-portraits pour lesquels l'aventure a commencé il y a plus de deux ans.

Ces petits moments de soulagement, donc de bonheur, sont des pierres angulaires dans un chemin artistique au chaos inévitable.

En témoigner d'autant plus qu'il faut mieux (en fin de compte) taire le chaos (en parler serait si répétitif qu'on forerait dans le vide)

Merci tant, Hélène (Laverge-Cancel) de ton tutorat exigeant 

 
13 Novembre 2013
Retours de collégiens et de professeurs pour "Dans la nuit de Belfort" au Volcan Maritime au Havre

"Nous aimerions encore vous remercier pour votre gentillesse, votre disponibilité, votre enthousiasme. Nos élèves sont revenus contents d'avoir pu voir votre spectacle, ce qui est une grande victoire pour nous. Merci aussi à vos comédiens pour leur enthousiasme et leur énergie sur le plateau. Nous vous souhaitons de garder encore longtemps ces qualités fondamentales pour nous surprendre une autre fois sur scène. Bien cordialement. L'équipe des professeurs de 3D "les collégiens du haut de la salle"

"C'était drôle, j'ai bien aimé" Mory // "Merci d'être venue nous voir, la pièce était drôle" Cassandra // "La pièce était agréable à voir" // "C'était une belle pièce, très drôle" Amandine // "Superbe soirée, je me suis amusé, c'était très drôle, un peu vulgaire mais drôle quand même. Merci." // "C'était bien, j'ai trouvé ça drôle, j'étais barré dedans" Thibaud // "C'était bien mais un peu ennuyant vers la fin" Evan // "Cette pièce était bien écrite, bien imaginée et bien jouée. Quand je suis arrivée, je me suis dit que je n'allais pas être accrochée, mais j'ai été captivée et j'ai passé un bon moment. Merci." Lucile // "Merci pour cette pièce, elle était avec beaucoup d'imagination, les comédiens super, je me suis pas ennuyée ! C'était trop drôle" Emma


Avoir été voir cette classe une semaine avant la création. La plupart n'avait jamais vu de pièce de théâtre. Ils n'étaient manifestement pas emballés à l'idée d'assister à "Dans la nuit de Belfort". Méfiants même. Mais l'heure de rencontre a été dense. Avant de partir, leur avoir demandé de nous faire le cadeau de ne pas s'asseoir au fond de la salle, de s'approcher au plus près de la scène, des comédiens. Beaucoup l'ont fait. D'autres non, ce qui ne les a pas empêchés de nous offrir leur ouverture disponible et concentrée.
Ces rencontres-là, bien que parfois éprouvants à mener, sont souvent miracles.

MERCI A TOUS-TOUTES LES CHARGE-E-S DE RELATIONS PUBLIQUES DES THEATRES POUR LEUR TRAVAIL DE FOURMIS SI EPUISANT MAIS SI FONDAMENTAL

 
12 Novembre 2013
Cap franchi - "Dans la nuit de Belfort"

Nous sommes le 12 novembre. DANS LA NUIT DE BELFORT a existé pour la première fois le 8 octobre. Un mois est donc passé. Un mois de recul. 

Même si, la pièce n'a pas fait l'unanimité : quelques professionnels n'ont pas aimé, certains pas du tout (quelques dates qui du coup ne se feront pas la saison prochaine). Des spectateurs, aussi, certainement, n'ont pas aimé.

Mais une chose est certaine : notre bonheur a été qu'après 5 minutes de jeu, chaque soir il a été palpable à la qualité d'écoute (une écoute dense et active : attentionnée) que beaucoup des spectateurs ont été embarqués, saisis même.

Le bonheur a aussi été que plusieurs des personnes et des directeurs de théâtre qui accompagnent le chemin de la Cie depuis longtemps ont dit : "là, vraiment tu as passé un cap", "là, tu as fait un pas de géant", "maintenant, ton chemin de plateau s'ouvre", "il faut que ce spectacle soit vu !"...
Si peu de dichotomies exprimées entre écriture et mise en scène. 

Chaque jour des répétitions de septembre-octobre, avoir remercié tous les membres de l'équipe pour leur générosité de vie. Energie de groupe communicative. Et alors que dans ce spectacle, il y a : défénestration d'une femme, irrespect parfois violent des uns et des autres, vulgarité extrème, mal-être, il y a surtout eu le bonheur immense de ne pas avoir plombé les spectateurs avec des obsessions souvent dramatiques...

post
 
11 Septembre 2013
Répétitions de "Dans la nuit de Belfort"

"Jusqu'ici tout va (très) bien"
 
DANS LA NUIT DE BELFORT va être un tournant dans le chemin de théâtre de la Cie.
C’est réellement pour la première fois que tout s’accorde : acteurs (Anthony Breurec, Yoan Charles, Bertrand Ducher, Olivier Dupuy et Vanille Fiaux) scénographie (Hubert Lafore), lumières (Thierry Mathieu), costumes (nxl) et musique (Gaël Desbois)
Hier, avoir vu les lumières créées par Thierry, magnifiques, bâties sur des principes cinématographes, les acteurs y sont sublimés, le décor y donne tout ce qu’il a à donner
Les choix faits pour les costumes qui marchent vraiment. Toujours habillés "cadres sup" même pendant "Rio Bravo" : cow-boy en en costumes-cravate.
 
Continuer à couper du texte : être au service du rythme. Obession.
 
Nommer ici et les remercier d'ores et déjà : Franck Tortay (régisseur générale de la Cie) et Sofi Arto (qui m'assiste sur ce projet), et Mariline Charon (nouvelle venue dans l'équipe : nouvelle administratrice de la Cie NXL)
Ainsi que Jean-François Driant (le directeur du Volcan - scène nationale du Havre) dont le soutien est marquant. Et toute l'équipe du Volcan si attentionnée et humaine
 
BIEN SUR, tout est encore à aboutir
BIEN SUR, il y aura à venir des moments de doutes et de creux, peut-être même d'abîmes
Mais y croire
 
05 Septembre 2013
Gérard Garouste - L'intranquille - extraits clefs de voute - extraits baume

" Si je peins armé des textes qui ont irrigué les siècles, fabriqué la pensée de nos aïeux et conditionné la nôtre à notre insu, si je fais de la peinture à l'huile qui a si bel effet dans les salons bourgeois, c'est pour regarder en nous, révéler notre culture, notre pensée dominante, notre insconscient. Je veux être un ver dans le fruit. (...)

Je me retire au fond de moi-même, le tableau finit toujours par se faire tout seul. Je peins, débarrassé de l'excitation du succès, je ne redoute que le prochain internement.

Et le démiurge en moi se réjouit quand les couleurs s'organisent, mélangent les figures qui m'encombrent et celles que je me suis choisies. J'ai alors le sentiment d'avoir compris et fait quelque chose de ma vie. Je me lave du passé.

J'ai trouvé au plus profond de moi, de ma honte, des choses que je pense universelles"

 
15 Mai 2013
Beaux articles sur "Je suis/Tu es/Calamity Jane"

Extrait :

« Spectacle bouleversant incarné magistralement par deux artistes époustouflantes, deux écorchées vives qui emportent le spectateur dans cette interrogation sur le sens de la vie. Une réflexion sur le conflit des générations, sur le rapport à l’idole et sa réalité, sur le rapport entre réalité et fiction. » Blog du Festival Mythos

"Une pièce qui brouille les pistes et questionne les définitions. Les écorchures y sont douces et l’émancipation en toile de fond. Un propos dont la justesse se fond à la beauté de son interprétation." Aurore Krol – Les Trois Coups

 
22 Avril 2013
"Je suis/Tu es/Calamity Jane" - création - photo 4

post
 
22 Avril 2013
"Je suis/Tu es/Calamity Jane" - création - photo 3

post
 
22 Avril 2013
"Je suis/Tu es/Calamity Jane" - création - photo 2

post
 
22 Avril 2013
"Je suis/Tu es/Calamity Jane" - création - photo 1

post
 
26 Mars 2013
AUTOBIANCHI ! Décor de "Je suis/Tu es/Calamity Jane"

spectacle qui est la partie hors-les-murs du diptyque WESTERN

et qui se jouera partout, même en appartement... nous ne garderons donc pas la partie arrière de notre Autobianchi, qui est en train d'être coupée en 4 morceaux afin de pouvoir franchir la moindre porte de 75 cm de large...

MERCI à Franck Tortay, le régisseur fou mais pragmatique de la Cie, rejoint ces jours par Hubert Lafore - scénographe n'ayant pas peur de mettre les mains dans le camboui (puisqu'il s'agit bien de cela) de permettre à des rêves d'être réalisés

post
 
26 Mars 2013
Lettre de Gilles - spectateur de TOUT QUITTER (sauf si on danse) - dernière représentation

Message à l’équipe de « TOUT QUITTER (sauf si on danse) »

J’ai assisté à la finale de cette mini-tournée à la Frénaye et je dois vous dire que j’ai beaucoup apprécié l’ensemble de cette soirée tant au point de vue spectacle que « l’après » avec un partage de sensations avec les artistes dans une ambiance très chaleureuse et conviviale.

Vous avez réussi à créer une osmose entre tous les acteurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs, et ça c’est une belle prouesse.

Vous avez donné un bel espace de sincérité et d’évasion à ces différents personnes qui n’étaient pas destinées à se produire devant un public ( les amateurs).

J’étais un peu dans l’intimité du projet puisque mon épouse était dans l’aventure.

J’ai pu palper ce mélange subtil de crainte et d’envie qui donne l’énergie de pouvoir ce prouver sa capacité à gagner un challenge personnel…

Je vous félicite et vous remercie d’avoir donné à ces personnes de l’ombre d’être, quelques instants, dans « la lumière » et de leur permettre de sentir leur cœur battre fort.

« ON THE DANCE FLOOR ».

J’ai vu des yeux brillants et des larmes après le spectacle, et c’était très émouvant.

La rencontre et le partage entre des êtres humains d’horizons différents sont toujours un moment fort et enrichissant pour aider à avancer dans la vie.

Nadia m’a dit pendant  « l’after » que croisant mon regard, elle y voyait de la générosité et ça m’a fait chaud au cœur.

A moi de lui dire que la démarche qu’elle a entreprise dans ce projet artistique prouve qu’elle aussi a de la générosité !!!

Merci à elle et à toute son équipe.

post
 
20 Mars 2013
Quelques larmes de fierté après les représentations de TOUT QUITTER (sauf si on danse)

TOUT QUITTER (sauf si on danse) a bien et bel existé du 13 au 16 Mars (le 12 mars ayant été annulé pour cause de neiges sibériennes).
 
La 1ère a été pas mal mais la construction du spectacle n’était pas encore là (la fausse bonne idée des 17 comédiens déjà présents au plateau lors de l’entrée public, les deux minutes de trop par ci, la musique pas assez longue par là...)
Après donc les quelques ajustements qui font décidément toute la différence, la 2ème a été SPECTACLE PLEIN : le public debout, les 17 comédiens convaincus de leur coup, et les larmes de fierté (phénomène rare).
La 3ème a été pas mal du tout et très bien accueillie, même si le plateau n’a pas été magique comme la veille (mais quand la structure est solide, on s’en sort).
La 4ème et dernière a été de nouveau spectacle plein. Magie et Grâce encore ont été là. Spectateurs debout et leurs applaudissements qui s’éteignent difficilement.
 
 
Avec cette création, s'approcher un peu plus de la théâtralité et des rencontres humaines qui sont les buts :
- l’intime au cœur de tout : dans la proximité avec les spectateurs (décor quadri-frontal), dans les sujets abordés ("le plaisir sexuel féminin" qui en a bousculé beaucoup), dans les mots gardés (ceux prononcés par ceux qui avaient été interviewés l’année dernière), dans le chant a capella, dans les corps à corps, dans les regards entre comédiens amateurs et professionnels, dans les adresses public
- le socio-politique à notre façon, mais au cœur de tout : les sujets abordés (la misère sociale, l’islam en France, l’ascension sociale...), les publics rencontrés lors de ces hors-les-murs (dans les quartiers du Havre et dans les villes de Caux vallée de Seine)
 
 
Surtout, avec cette création, avoir vécu un plaisir d'équie – Sofi Arto, Bertrand Ducher, Vanille Fiaux, Lilette Hamza-Ducher, Mathilde Monjanel – REELLEMENT GENEREUSE, ENGAGEE, ET RE-ENGAGEANT SES TALENTS A CHAQUE REPRESENTATION.
 
Et enfin, avec cette création, avoir vécu l’engagement incroyable du chœur des 13 amateurs, impressionnants d’écoute, de concentration, de courage : de confiance.
 
Un tel projet est épuisant, mais s’y être sentie artiste tout autant que citoyenne utile
post
 
04 Mars 2013
Joie du 04 mars 2013

Aujourd'hui, TOUT QUITTER (sauf si on danse) a vécu sa première journée de répétitions avec son équipe au complet. Le choeur des 13 amateurs nous a rejoint. 17 acteurs sur un plateau de 4,70 m X 4,70 m. C'est saisissant. La JOIE est grande : ce qui était une belle idée humaine et artistique est une belle réalité pertinente et persistante. Nous avons donc échappé à la fausse bonne idée, qui ne se réalisant pas, aurait été démagogie, la pire des choses...

 
03 Mars 2013
mot "chance"

En se relisant, voir qu'on utilise ces temps-ci souvent le mot "chance". CHANCE (selon Le petit Robert)  : manière dont tombent les dés ; espoir, heureux hasard, sort favorable ; bonheur, fortune, vaine ; familier : le bol, le cul, avoir la baraka, être né sous une bonne étoile.

Il est vrai que ces temps-ci travaillant avec le réel, les réels qui ne sont pas toujours simples et légers, nous oeuvrons à croire que ce réel, ces réels sont et seront "un bol, un cul, la baraka, notre bonne étoile"

 

 
03 Mars 2013
03/03/2013 - TOUT QUITTER (sauf si on danse)

Ne plus travailler l'écriture et le plateau comme avant on les travaillait. Deviner que ça va être une chance, quand bien même c'est parfois vertigineux. Il est possible que tout se joue dans la confiance en l'instinct et dans le lâcher prise.

Dans l'isolement se construisent des images fortes et persistantes. L'isolement a donc du bon. Surtout quand on l'alterne avec un travail ouvert porté par une équipe remarquable.

Dans ce JOURNAL, jamais on ne se lassera de REMERCIER. Aujourd'hui, donc, on remercie : Bertrand Ducher, Lilette Hamza, Mathilde Monjanel, Sofi Arto, Vanille Fiaux. Et aussi Jean-Paul et Olivier.

 
25 Janvier 2013
J-3 : début des répétitions de "Je suis/Tu es/Calamity Jane"

Ce lundi, avec Clara Pirali et Vanille Fiaux, nous allons commencer les répétitions de JE SUIS/TU ES/CALAMITY JANE. Nous allons travailler ensemble d'une voie nouvelle. Cependant, nous avons la sensation que cette évolution de force majeure va être une chance. L'expression "faire contre mauvaise fortune bon coeur" nous sera phare.

 
25 Janvier 2013
dimanche 3 février 2013 - Rennes - Lecture musicale de "Dans la nuit de Blefort"

Grâce à ICI-MEME : aux Champs-Libres, dimanche 3 février, à 15h, et à 17h, avec Gaël Desbois (samples + batterie + chant) nous allons oeuvrer en duo à la première mise au monde de "Dans la nuit de blefort". Ce ne sera, bien sûr, que des extraits, ça durera 1/2 heure, mais c'est déjà far-west.

 
10 Janvier 2013
"Salle hilare" - retours sur lecture de "Dans la nuit de Belfort"

Décidément, le texte de "Dans la nuit de Belfort" (création 2013-14) donne la chance de retours inhabituels quant l'écriture même.

Hier, Gaël Desbois, talentueux et fidèle compositeur des musiques, a écrit ceci : "Ce texte a beaucoup d'humour (j'imaginais à la lecture une salle hilare par moment)".

Espérer de tout coeur, et nous allons tout faire pour, qu'effectivement les "salles (soient) hilares".

Mais par honnêteté, d'ores et déjà avouer que l'humour dont il s'agit est noir-grinçant-désespéré... Mais avec la vivacité-scélérité de dialogues qui sauve du pire

 
08 Janvier 2013
TOUT QUITTER - membre du "chœur"

Hier, au Havre, nouvel atelier dirigée par Vanille Fiaux avec le choeur de TOUT QUITTER. Le choeur qui est composé de 13 personnes rencontrées via la CAF et l'université du Havre

CLAUDINE

THERESE

NELLY

JULIE

JULIE

ALAIN

CLOTILDE

MARIE CLAIRE

EDITH

ZOHRA

ADELAIDE

GERMAINE

SEVERINE

Ici je souhaite profondément remercier chacun des 13 membres du choeur qui mettent en quatre leur planning (travail, enfants et autres) pour oeuvrer avec nous à TOUT QUITTER.

Avoir été un temps la 14ème personne. Avoir vécu quelque temps le bonheur et le trouble d'oeuvrer à ce que Vanille Fiaux voit-croit-désire, et demande. 

Dans le portrait filmé par Vanille Fiaux "NXL a quelque chose à vous dire" : en substance il était dit : "je vous suivrai n'importe où... vous pouvez me demander n'importe quoi". Et bien nous y sommes. 

 

 
23 Décembre 2012
Ecriture de "Je suis/Tu es/Calamity Jane"

Le vin est un Trousseau. Il se nomme "SINGULIER". C'est son nom qui nous l'a fait choisir hier chez un des cavistes d'Arbois quand on "s'armait" en victuailles pour ces quelques jours d'écriture. 

SINGULIER accompagnera donc ce soir sobrement Calamity Jane et Feathers. 

Et aussi les NOCTURNES de Chopin interprétées par Pascal Amoyel.

post
 
22 Décembre 2012
"Tu m'as fait rire"

Ce soir, un texto a fait vibrer le vieux téléphone. Il est de Thierry Mathieu, créateur lumière des projets de la Cie NXL.

Il vient de finir la lecture de "Dans la nuit de Belfort", et il écrit :

"Bonsoir. Je viens de finir de lire. Tu m'as fait rire, c'est bien."

Avoir fait rire Thierry Mathieu, c'est réjouissant. ça donne du coeur à l'ouvrage.

 
22 Décembre 2012
Ecriture de "Je suis/Tu es/Calamity Jane" et "Dans la nuit de Belfort"

Semaine de Noël. Semaine jurassienne, retirée. Mais tout de même entendre chaque heure et chaque demi-heure le clocher. Etre là pour ECRIRE ECRIRE ECRIRE ECRIRE ECRIRE. Deux pièces. En une semaine... Pas sûr que ce soit raisonnable. L'Everest est, en fait, dans le Jura.

Les temps d'écriture sont des temps à part, de plongées spéléologues. C'est gai et bouleversant. On rit, on rira ; on a les larmes et on les aura. On parlera seule plus ou moins fort, en même temps que péniblement les doigts tapoteront sur le clavier (la dactylo pas en point fort...) pour retranscrire tout ce qui se dit dans la tête.

 
19 Décembre 2012
"L'instinct de l'instant" - phénix ?

"L'instinct de l'instant" a vécu à Nantes, la semaine dernière, la fin de son premier élan. Aucune date à venir n'est prévue à l'heure qu'il est. Et pourtant, aimant tant l'équipe de comédiens qui le porte, et aimant aussi tant ce que charrie ce texte, se dire "on ne peut pas en rester là". 

Désir lui offrir une deuxième vie. Mais comment ? Avec quel temps quand déjà sont en route les nouvelles créations ? Hic violent. 

 
09 Décembre 2012
Bonheur d'équipe - plusieurs projets à  l'oeuvre - matin heureux

Ce matin, se réveiller en se sentant chanceuse. Chanceuse de l'équipe-équipée qui entoure. Chanceuse de leurs talents. De leurs forces de travail. De leurs générosités.

MERCI à Olivier DUPUY - comédien de "L'instinct de l'instant" et "Dans la nuit de Belfort" - pour son accompagnement si pertinent auprès d'Antoine de La ROCHE pour la reprise de rôle de Matthieu (personnage solaire et sans ambages de "L'instinct de l'instant").

MERCI à Hubert LAFORE (scénographe) et à Franck TORTAY (régisseur général) pour leur endurance à offrir à "Dans la nuit de Belfort" un décor - pilier de jeu, un décor important alors que les contraintes budgétaires sont réelles.

MERCI à Vanille FIAUX (comédienne et metteur en scène) et Sofi ARTO (plasticienne et scénographe) de l'énergie lumineuse qu'elles offrent à "Tout quitter".

MERCI à Tanguy BORDAGE, Anthony BREUREC, Katell DAUNIS, Quentin ELLIAS et Vanille FIAUX (comédiens) pour leur engagement dans les lectures publiques de "Couteau de Nuit" (nouvelle version) faites à Sevran en clôture des 15 représentations de "Julie telle que".

MERCI à Shams EL KAROUI de s'être donnée à Julie tout autant qu'elle l'aura accueuillie

 

 
04 Décembre 2012
(HORS-LES-MURS) décidément

Décidément, les représentations "hors-les-murs" sont des instants incroyables d'humanité. Energie-vores. Mais générateurs de sens.

JULIE TELLE QUE vient de vivre 15 nouvelles représentations à SEVRAN dans le cadre du "théâtre à domicile". Shams El Karoui, l'interprète de Julie, a été d'un talent et d'une générosité remarquables.

Les spectateurs ont eu la chance d'une "folle" proximité avec elle. Les après-représentations ont été de dieboudien poisson, tarte aux mirabelles, mousse au chocolat, charcuterie italienne, mafé, quiches... Et surtout des échanges intenses.


LE CHEMIN DU BUT  a vécu 2 nouvelles représentations grâce à la scène nationale du Creusot. A l'IUT. Et au salon VIP du stade de football de GUEUGNON. Antoine de La Roche, l'intreprète de David, a encore avancé sur notre chemin commun. Les 2 fois, sa présence a été au total présent. La grâce en est née inévitablement. Et les spectateurs ont eu les yeux brillants.

IMPOSSIBLE de ne pas remercier mes associés théâtraux

IMPOSSIBLE d'oublier les visages de tous ces spectateurs

 
20 Novembre 2012
TOUT QUITTER - Création-commande mars 2013 pour Le Volcan - scène nationale du Havre

Etre devenue artiste associée au Volcan quand le théâtre venait de déménager du site Niemeyer pour la Gare Maritime du paquebot "FRANCE".

La direction du théâtre a demandé de leur proposer une création (écriture et mise en scène) sur les grands aventuriers. Et comme il n'y a peut-être pas plus grands aventuriers que chacun menant au mieux possible sa vie, avoir proposé une création donnant la parole aux Havrais.

Avoir ainsi été en résidence d'écriture avec la CAF du Havre et la FAC du Havre. Avoir parlé avec des gens, les avoir écouté se raconter, raconter  les fois où ils avaient (ou pas) TOUT QUITTER, et leur avoir posé des questions encore.

Avoir interviewé une quarantaine de personnes. Des destins si souvent incroyables alors que chacune de ces personnes se sent "peu de chose", "pas intéressante", "banale"...

Un spectacle va naître de toutes ces rencontres.

Un spectacle pour 4 artistes (Bertrand Ducher, Lilette Ducher, Mathilde Monjanel, Vanille Fiaux) et un choeur de 15 amateurs (13 rencontrés grâce à la CAF + 2 rencontrés grâce à la FAC).

Vanille FIAUX accompagnera sa création.

Sofi ARTO fera sa scénographie.

Gaël DESBOIS, sa musique.

Les lumières seront de NXL, Sofi Arto et Vanille Fiaux.

Les costumes de NXL et Vanille Fiaux.

Tamara SEILMAN va en suivre toutes les répétitions et les représentations pour en créer un DOCUMENTAIRE - TRACE POUR ART EPHEMERE

IL SE JOUERA AU HAVRE ET ALENTOURS DU 12 au 16 MARS 2013

 TOUT QUITTER est d'ores et déjà une aventure HUMAINE incroyable.

 
20 Novembre 2012
Site internet de la Cie - BAPTEME DE L'AIR

Avoir désiré ce site réellement, mais des réticences informatiques avaient fait reculer le cheval devant l'obstacle.

Mais ça y est. La peur et les a-priori ont été vaincus. Rendez-vous est pris pour y partager le cheminement des créations et de la vie de Cie.

Remercier pour l'existence de ce site Anthony Folliard (son créateur designer), Elie Jorand (pour ses photos, mais pas celles des spectacles) et Christophe Dorny

 

 
26 Juin 2012
INTERIEUR / EXTERIEUR # 2

> Lien

Durant les travaux de reconstruction du théâtre, Nadia Xerri-L. va à la rencontre des Dunkerquois et collecte leurs témoignages. Amateurs de théâtre ou non. Qu'ils en franchissent les portes ou non.

Autant de regards différents, se contredisant parfois... La parole, sensible, est libre.

Les portraits ainsi réalisés et exposés sur les palissades du chantier se croisent avec des portraits réalisés par des photographes amateurs accompagnés de la plasticienne Laëtitia Legros.

post